Voyage culturel à l'ouest Cameroun, à la découverte des chefferies traditionnelles des grassfields

chefferie-bandjoun

Quiconque voyage à l’ouest du Cameroun est frappé par les cases aux toitures coniques qu’on rencontre çà et là. C’est une construction qui témoigne de la grandeur, de la notabilité et de la créativité des peuples des grassfields. Dans les chefferies, le phénomène est encore plus beau, plus frappant.

 L’organisation sociale chez les bamilékés est fonde sur le respect de la hiérarchie des valeurs sociales. Un chef est ce qu’il y a de plus précieux dans les contrées de l’ouest Cameroun. C’est pourquoi chaque société bamiléké s’emploie à la vêtir de ses plus belles parures. L’histoire renseigne que les constructions des villages bamilékés s’est faite autour des chefferies et parfois avec des luttes ardues. Parfois c’était un chasseur qui au cours d’une de ses sorties va trouver un espace fertile et paisible ; il va décider de s’y installer avec sa famille, ainsi naitra un village avec lui comme chef. Parfois aussi ce sont des gens chassés d’un autre village qui vont se réunir sur une terre libre pour y créer leur village. Toujours est-il que chaque village à l’ouest a une chefferie. Elle peut être du 1er degré, du 2ème ou du 3ème degré. Les chefferies bamilékés sont le lieu sacré où le chef est le garant des traditions ancestrales qui courent depuis des siècles et même le millénaires pour las autres. C’est un lieu sacré, avec des pouvoirs mystiques, administratifs et religieux importants.  Les chefferies sont presque toutes aujourd’hui construites en matériaux définitifs. Elles sont constituées de plusieurs cases et maisons. On y trouvera des cases patrimoniales, des cases pour les femmes du chef, les cases des enfants, la maison du chef, les cases sacrées, avec à côté la forêt sacré (d’où l’on sort généralement le nouveau chef). De plus en plus les villages érigent pour la postérité des musées, des bibliothèques, des galeries d’art. Certains ont même flairé le filon et organise désormais des circuits touristique autour du village y incluant la chefferie et les grands festivals, comme l’ouest sait en organiser.

chef-babouantou

Les fons de l'ouest Cameroun

Les chefs sont puissants et influencent directement la vie du village. Les chef sont les représentants directs de l’administration dans les villages. Ils signent les actes de naissance et de mariage pour les contrées n’ayant pas d’unité administrative. Ils vivent pour certains des fruits de leurs activités agropastorales, des impôts villageois et dons des élites de la communauté. Avec un pouvoir sociale et mystique puissant, ils sont partie prenante pour tout se ce qui se déroule au village. Ils autorisent ou refusent l’organisation des funérailles, règlent les litiges fonciers, règlent les différents entre villageois, président les grandes cérémonies patrimoniales… La succession au trône est lignagère, elle se fait de père en fils. Quand un chef décède, les notables (9) se réunissent pour designer le successeur. En réalité, ils le présentent publiquement seulement car le successeur a presque toujours été désigné par le défunt chef avant sa mort. De son vivant, il confie le secret au 9 notables qui prêtent serment de le garder secret jusqu’à sa mort. S’il est mineur, une régente est désignée, souvent la maman, en attendant sa majorité. S’il est majeur il est désigné au cours d’une très grande cérémonie publique parfois présidée par le gouverneur en personne en fonction de l’importance de la chefferie. Quelques soient ses occupations à ce moments là, le nouveau chef est tenu de retourner prendre possession de la chefferie et de l’administrer. On a ainsi vu des hauts responsables de l’administration ou de très prospères hommes d’affaires retourner prendre le trône au village.

chefferie-bana-ouest

Quelques chefferies de rénom

Même si tous les villages ont des chefferies à l’ouest, toutes ne se valent pas. Elles sont classées du 1er au 3ème degré. Parmi les plus illustres on citera la chefferie supérieure des Bafoussam. Sa sphère d’influence est grande et sa renommée a traversé depuis longtemps les frontières nationales. On notera la chefferie Bamoun, probablement la plus prestigieuse et celle qui porte en elle une partie de l’histoire du Cameroun. Si vous visitez l’ouest Cameroun, un détour là-bas s’impose. Elle est riche et dotée d’un musée de plus de 10.000 objets retraçant une histoire fort intéressante. La chefferie Bandjoun, très belle et bien construite, c’est une chefferie grande avec une très belle architecture. Quand vous franchissez ses portes, elle vous inspire grandeur et respect. Elle a subit 3 fois déjà les affres du feu, mais a toujours réussi à renaitre de ses cendres grâce au dynamisme de ses fils. Elle a un très riche musée. La chefferie Bamendjou, administrée par un intellectuel qui s’active chaque jour à lui donner une forte aura. La chefferie Foto, qui a une très belle architecture. On ajoutera aussi la chefferie Baleveng, Banka, Bapa.