Le Mont Cameroun, quand y aller ?

escalader-mont-cameroun

Généralement ouvert au public toute l'année, Le mont Cameroun connait tout de même des moments plus propices pour s'y rendre. Le Mont Cameroun haut de ses 4100m situé dans la région du sud-ouest est une montagne au climat capricieux. Pour s’y rendre et profiter pleinement de la montagne, des paysages fantastiques et des animaux qui y sont, choisissez de partir entre novembre et Avril. 

De Novembre à avril, la meilleure période pour y aller

Pendant cette période, tous les signaux sont au vert, la montagne se dévoile régulièrement au regard et est même parfois visible de Douala. La végétation est abondante, la fraicheur vous accompagne tout au long de la première partie du trajet : vous êtes dans la foret. Vous pourrez, aisément observer les oiseaux, les traces d’animaux, regarder a l’horizon. Vous trouverez aussi du bois sec sur le Mont Cameroun pour faire le feu dans la nuit pour la cuisson ou pour vous réchauffer. C’est aussi durant cette période touristique que la montagne est la plus visitée. Vous pourrez selon votre convenance, passer 1, 2, 3, ou 4 nuits sur la montagne.

D’avril à mi-juin, les pluies ont commencé

Le mont Cameroun reçoit de moins en moins les visiteurs, le temps n’est plus bon, il pleut de temps à autre et Buea n’est pas très loin du point de vue géographique de Djebountsha, la zone la plus pluvieuse du Cameroun et deuxième plus pluvieuse dans le monde après Terapounja en Inde. Il pleut, la visibilité n’est pas bonne, les signaux sont oranges, les risques de blessures, de chutes, sont a craindre. On peut toujours aller à la montagne mais il est déconseillé de passer la nuit là-bas. 

De mi juin à septembre

C’est la grande saison de pluies et il en tombe abondamment dans le sud-ouest et précisément a Buea puisqu’il s’agit du site du mont Cameroun. Il pleut quasiment tous les jours, généralement certains vous diront que la montagne est fermée. Il est vraiment déconseillé de s’y rendre. La visibilité est très réduite au fur et à mesure que le touriste monte. Les risques de chutes, d’hypothermie, d’égarement, sont élevés. Les signaux sont rouges. Les guides sont rares, brefs seuls quelques casse-cous s’y hasardent à leur risque et périls.      L’ascension du mont Cameroun est de plus en plus sollicitée par les touristes qui visitent le Cameroun. Si pendant longtemps cette ascension se faisait dans un amateurisme, désormais, cette activité bénéficie d’un réel encadrement de la part des professionnels. Cela ne va pas sans conséquences ; en effet les tarifs ont fortement évolués et le matériel à préparer est lui aussi important à prévoir.